Les Plans de Mobilitéé Urbaines (PDU, SCOT, PLUIHD, PGD)
Province d’El Jadida (MAroc) - 2015

Etude du Plan de Déplacement Urbain du Grand El Jadida

Contexte et objectif

El Jadida (144 500 habitants) est la préfecture de la province d’El Jadida, qui fait partie de la région Doukkala- Abda. Cette ville chargée d’histoire (ancienne Mazagan portugaise) située à 96 Km de Casablanca, constitue le cœur de la métropole « Grand El Jadida » (250 000 habitants) qui regroupe : Jorf Lasfar, Moulay Abdellah, Sidi Bouzid, Haouzia et Azemmour. Cette métropole constituée de 4 communes relevant de deux cercles différents (Azemmour et El Jadida) est appelée dans son développement à concilier 4 vocations différentes :

  • une vocation touristique,
  • une vocation industrielle qui se renforce au fil des ans,
  • une vocation tertiaire et administrative
  • une vocation agricole.

Cette ambition est toutefois pénalisée par un développement urbain d’El Jadida qui s’est construit au rythme d’opérations de lotissements juxtaposés les uns aux autres sans aucun souci d’homogénéité architecturale et urbanistique. Le développement de la ville s’est ainsi concentré sur deux axes principaux (route de Marrakech et route de Safi), devenus l’épine dorsale du développement du nouveau tissu urbain aussi bien dans son extension verticale qu’horizontale.
La ville d’El Jadida, siège de la province, joue un rôle important dans l’armature urbaine régionale et nationale, et devrait être consolidée notamment par le développement des secteurs du tourisme et de l’industrie. Alors qu’Azemmour, Sidi Bouzid et Moulay Abdellah, considérées comme des cités satellites ayant chacune sa propre fonction, sont complémentaires de la ville d’El Jadida.
Quant aux zones périurbaines entre les différents centres et agglomérations, elles doivent servir à encadrer le développement urbain et à créer des écrans naturels et environnementaux afin de réduire tout risque de conurbation.
A quelques kilomètres d’EL Jadida, Jort Lasfar, a été conçu à l’origine pour soulager Casablanca. Le port dispose d’une capacité nautique lui permettant d’accueillir des navires de port en lourd de 120.000 tonnes .Très vite, avec les phosphates, il a conquis une vocation minéralier à laquelle s’ajoute l’agroalimentaire, grande activité de la région. Son volume actuel s’élève à 16 millions de tonnes, loin donc de sa capacité estimée à 25 millions de tonnes. Son trafic est appelé à grandir avec les entreprises nationales et internationales de la taille de l’OCP JLEC, MARSA MAROC, SONASID, ANP, Mass Céréales …
L’activité portuaire est génératrice de très nombreux flux de déplacements, tant de personnes que de marchandises, qui vont continuer de croître de manière importante dans les années à venir.
L’intensification des activités socioéconomiques et l’urbanisation galopante ont engendré plusieurs aspects de dégradation. La pollution atmosphérique et marine, l’accroissement des quantités de déchets solides et l’absence de services d’assainissement de qualité ne contribuent malheureusement pas à la conservation de l’environnement dans les villes.
Parmi les projets, citons celui de la création d’une corniche le long de la plage depuis le centre d’El Jadida jusqu’à Al Haouzia. Celle-ci devrait mettre en valeur l’aspect paysager par la création d’aménagements et d’équipements d’animation spécifique.
Les éléments précédents plaident en faveur de l’engagement d’une démarche cohérente, conjuguant urbanisme et déplacements, dans une préoccupation environnementale qui renforcera l’attractivité du territoire dans le domaine touristique.
L’élaboration d’un PDU n’est pas seulement un outil de planification de la mobilité, c’est avant tout une démarche qui concerne tout le monde, et dont l’effet à terme est d’induire un changement des mentalités et des pratiques de déplacement pour assurer une qualité de territoire pérenne.
C’est dans ce contexte que notre groupement est intervenu

Démarche et méthode

La concertation, la formation et l’échange aussi bien avec les techniciens des communes qu’avec les acteurs associés (Ministère des Transports, ONCF, exploitant du réseau urbains…) et les élus ont été déterminant pour l’élaboration et le partage du projet.
La démarche s’est appuyée sur :

  • un recueil de données denses (enquêtes déplacement, circulation, stationnement, interviews d’usagers…) ;
  • la préparation et l’animation d’une conférence de lancement du PDU avec l’ensemble des élus et acteurs sur une journée (Ateliers thématiques autour du PDU) ;
  • la mise en œuvre d’un processus d’information et de communication ;
  • un diagnostic thématique et territorialisé permettant d’identifier les enjeux du PDU (généraux et territorialisés) et de définir des objectifs ;
  • trois scénarios décrits et évalués pour permettre un choix au regard des objectifs validés.
  • un projet PDU, décliné en fiches actions opérationnelles et planifiés dans le temps.
  • un outil de suivi et d’évaluation.

Le projet de PDU a été adopté par la Province du Grand El Jadida qui se projette aujourd’hui dans sa mise en œuvre.

Au-delà des aspects techniques, la démarche a été satisfaisante au regard :

  • du travail partenarial engagé avec les élus, les techniciens et les représentants du Ministère des Transports ;
  • de la dynamique d’équipe engagée avec notre partenaire NOVEC ;
  • des adaptations méthodologiques nécessaires à la prise en compte d’un contexte différent de celui européen.

Rôle du groupement

  • Iter a pris en charge le pilotage de la mission et garanti l’approche méthodologique notamment sur son cœur de métier (planification de la mobilité et des transports)
  • Novec a pris en charge l’ensemble des aspects locaux (organisation et suivi des enquêtes, connaissance et prise en compte du contexte local…).

A l’issue de la mission nos deux structures se sont mutuellement enrichies et ont confirmé l’intérêt de poursuivre leur collaboration.

Sur la carte
Plus

Actualités